Ozone fund (HP­MPs)

Aider les pays en développement et les économies émergentes à respecter les engagements pris dans le cadre du Protocole de Montréal, tel est l’objectif des projets de protection de la couche d’ozone de Proklima mis en œuvre avec le soutien du Fonds multilatéral. C’est pourquoi Proklima propose actuellement des services individuels à plus de 15 pays.

Carte avec les pays partenaires

Les pays partenaires

Pour le moment, il s’agit d’aider les pays à développer et déployer leur plan de gestion de l'élimination des HCFC (PGEH). Les activités de Proklima englobent les conseils politiques, la formation sur la manipulation sûre des réfrigérants naturels, les recommandations portant sur la récupération et le recyclage des HCFC ainsi que le transfert de technologie. Grâce à l’Amendement de Kigali, un nombre croissant de projets s’articulent aujourd’hui autour de l’élimination des HFC. Les activités de protection de la couche d’ozone sont menées au nom du Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ) en lien avec le Fonds allemand pour la protection de la couche d’ozone.

Proklima a mis en œuvre plus de 280 projets bilatéraux de protection de la couche d’ozone dans le cadre du Fonds multilatéral.

Le Fonds multilatéral a été établi pour mettre en œuvre le Protocole de Montréal et a pour objectif la reconstitution de la couche d’ozone qui protège notre planète. Sa principale mission étant d’aider les pays en développement dont le taux de consommation de chlorofluorocarbures (CFC) et halons, substances appauvrissant la couche d’ozone (SAO), est inférieure à 0,3 kg par habitant (Article 5 Pays), à appliquer les mesures de contrôle contenues dans le protocole.

Dernières in­form­a­tions

Map with partner countries

Partner Countries